IMAGERIE NUMÉRIQUE

Le procédé le plus couramment employé pour capturer des images planétaires ou du ciel profond passe par l'enregistrement de films AVI à l'aide d'une WebCam. Les plus répandus sont les Vesta Pro et les ToUCam de chez Philips. Quelques amateurs utilisent d'autres caméras avec plus ou moins de succès. A remarquer également la Compro PS39 mais malheureusement non distribuée sur le marché Français.

Les principaux logiciels utilisés pour la capture, le traitement et la gestion des images sont :

QCFOCUS (Mise au point et capture) assez facile d'utilisation,
ASTROSNAP (Mise au point, dark, flat et capture) gère les caméras modifiées, plus complexe à utiliser.
IRIS (Traitement numérique) le summum, indescriptible en quelques lignes,
 

Après avoir galéré quelques mois en lançant de temps à autre les différents logiciels présents sur le Net, j'ai petit à petit cerné et compris qu'il y avait une multitude de possibilités et de procédures différentes pour obtenir des résultats plus ou moins convaincants les uns que les autres. Le logiciel ASTROSNAP qui sera utilisé pour la capture des images avec un petit avantage sur l'excellent logiciel QCFOCUS car il est modifié pour la longue pose avec les WebCams modifiées. Il permet de faire la mise au point, de saisir le dark, le flat et les images en enfilade. Pour le traitement des images, un logiciel comme IRIS qui demande beaucoup de perspicacité et d'opiniâtreté pour, ne serait-ce que, commencer à l'utiliser.

Je vous présente ici les quelques réflexions qui m'ont amené à écrire ces quelques pages sur le sujet.

PRÉPARATIFS
Vous êtes l'heureux possesseur d'une WebCam Philips Vesta Pro, il est très tentant de la modifier façon Steve SHAMBERS. Cette modification permet d'accéder à la l'imagerie à longue pose, en deux mots au ciel profond. Allez faire un tour sur les sites des amateurs (voir en fin d'article) ayant fait cette modification et vous serez très motivé pour manipuler le fer à souder.

Il est conseillé de vérifier son matériel avant de partir sur le terrain (check-list si nécessaire).

La batterie du portable doit être bien chargée. Il faut prévoir le cas échéant une rallonge secteur avec l'alimentation secteur, si le lieu de capture est proche d'une source de tension domestique (220V). Sinon un câble avec prise allume cigare et l'adaptateur nécessaire pour alimenter le portable. Attention!... c'est toujours au plus mauvais moment que les choses se gâtent et vous empêchent de capturer l'image du siècle. Enfin on peut rêver...

La place disponible sur le disque dur du portable doit être à la hauteur des captures que l'on souhaite réalisé. Le nettoyage à la va-vite sur le site peut avoir des conséquences parfois désastreuses. A méditer.

La propreté du capteur est nécessaire pour obtenir des images correctes. Il est possible de placer l'électronique de la WebCam dans un boîtier étanche qui sera fortement aspiré avant fermeture afin de mettre le maximum de chances de notre côté. Il faut bien sûr s'assurer que le capteur est parfaitement propre ainsi que le verre de qualité optique que l'on aura placé devant celui-ci.

Prévoir le nettoyage du ou des Barlows et oculaire(s), avant de partir et renfermer les dans leurs boîtes. Si vous possédez une lunette, n'oubliez pas au passage l'objectif de celle-ci.

Préparez votre nuit avec méthode en notant les événements remarquables, conjonction, occultations, heure de passage de la tâche rouge de Jupiter, de comètes, de satellites, de la station ISS, etc...

Prévoir un support papier (vous pouvez utiliser Notelynx) pour noter toutes les informations de votre observation et en particulier les paramètres de prises de vue ou de photos.

Le choix du site, s'il est permis, sera un plus sur le chemin de la réussite. La pollution lumineuse est l'une des premières contre-indications à la prise de vue. Car si l'œil s'adapte volontiers et corrige de petits défauts, le capteur d'une caméra est moins coopérant.

Choisir correctement son emplacement en fonction du ou des sujet(s) à traiter. S'il y a plusieurs sujets dans la nuit, prévoir les trajectoires afin de se trouver au bon endroit à la bonne heure.

Un plus indéniable, le moteur de mise au point, car mis à part une lourde monture qui ne bouge pas, nombreux sont ceux qui possède un instrument dont la structure est plus légère. En effet, caméra en marche, dès que l'on pose la main sur le bouton de mise au point, c'est la danse des canards... Seul un système de mise au point commandé à distance peut améliorer la situation de façon substantielle.

Tout est prêt, allons-y...

LA  CAPTURE
La mise en station de l'instrument doit être très bonne pour éviter les manœuvres trop fréquentes à la raquette. Tout le temps perdu au rattrapage peut conduire à oublier une manipulation essentielle. Attention!... Il n'est pas obligatoire de faire une bigourdan pour utiliser une WebCam. On peut utiliser certains logiciels d'aide à la mise en station en utilisant la WebCam pour détecter les décalages et parfaire la mise en station.

Calculer la taille finale de l'objet sur le capteur en fonction de la focale de l'instrument utilisé, de la méthode employée ( Barlow ou projection par oculaire )et du résultat souhaité. Ensuite placer la WebCam et prendre garde à l'orientation. Attention ! si vous utilisez un renvoi d'angle, l'image sera inversée ( Haut - Bas ).

Régler la sensibilité, mettre la vitesse la plus lente, le gain et la luminosité au maximum. Chercher l'objet à saisir,  faire une mise au point approximative et régler la bague allonge pour obtenir la bonne taille de l'objet sur le capteur. 

La mise au point sur une étoile grâce à un logiciel comme QCFOCUS, ASTROSNAP ou autre, permet d'assurer une capture correcte. L'utilisation d'un disque de HARTMAN apporte un plus en facilitant l'opération. Attention !... Cette opération peut être longue et fastidieuse mais absolument nécessaire.

Régler les différents paramètres, luminosité, contraste, gamma, couleurs, etc... en pointant à nouveau l'objet à capturer. Normalement la mise au point doit être correcte.

Faire un dark en obstruant l'instrument avec un cache. La durée de celui-ci sera, si possible, équivalente à la durée de la capture de l'objet lui-même. Nommer le fichier dark.fit ou dark.bmp en fonction de la méthode utilisée. Éviter les films de plus de 120 images.

Enlever le cache et vérifier le centrage parfait de l'objet sur le capteur de la WebCam et contrôler à nouveau la mise au point sur l'objet. Normalement celle-ci n'a pas bougé et doit être correcte.

Nommer le fichier de capture en choisissant un nom significatif. Exemples : Mars_20010624_0139. Ce nom comporte le sujet, Mars, la date, 24 juin 2001, l'heure, 1H39. Ces indications seront nécessaires pour s'y retrouver le jour ou l'on décidera de traiter ces vidéos. N'oubliez pas que ce travail est exécuté parfois plusieurs jours, voire plusieurs semaines après la capture, au grès de nos disponibilités.

Lancer la capture et surveiller la durée, sauf si celle-ci est programmée pour s'arrêter automatiquement. Pendant ce temps, veiller à ce que personne ne passe devant l'instrument, ne touche celui-ci, bref !, les recommandations d'usage. Dès la première capture, vous pouvez vérifier le nombre d'images dans le film avec AVI2BMP et rectifier immédiatement la durée pour la ou les capture(s) suivante(s).

Facultatif. Tripler l'opération en effectuant une mise au point en avant et en arrière en divisant et en multipliant la valeur de ??? par 2. Exemple : valeur initiale = 0,2 faire une capture réglée à 0,1 et une autre à 0,4. On peut également multiplier les captures en fonction de la place disponible sur le disque dur du portable ou du nombre de sujets à traiter dans la séance d'observation.

LE TRAITEMENT DES IMAGES

Je vous conseille vivement de lire les pages dédiées à l'imagerie numérique de Christian BUIL, Axel CANICIO, Patrick CHEVALLEY, Florent DUBREUIL, Jérôme GRENIER, Frédéric GUINEPAIN, Thierry LAMBERT, Thierry LEGAULT, François BERNIER, Steve SHAMBERS, Sylvain WEILLER et de suivre leurs excellents conseils qui sont à l'origine de ces quelques pages. Remarquez que la plupart de ces WebCamés sont sur ASTROSURF.